Viadrina Logo
Jura Logo
Foto Logo

Article Comparison - Convention pour la répression d'actes illicites contre la sécurité de la navigation maritime, telle que adoptée en 1988 [*]

Article 8

1. Le capitaine d’un navire d’un Etat Partie (l’«Etat du pavillon») peut remettre aux autorités de tout autre Etat Partie (l’«Etat destinataire») toute personne dont il a de sérieuses raisons de croire qu’elle a commis l’une des infractions prévues à l’article 3.

2. L’Etat du pavillon veille à ce que le capitaine de son navire soit tenu, lorsque cela est possible dans la pratique et si possible avant d’entrer dans la mer territoriale de l’Etat destinataire avec à son bord toute personne qu’il se propose de remettre conformément aux dispositions du paragraphe 1, de notifier aux autorités de l’Etat destinataire son intention de remettre cette personne et les raisons qui motivent cette décision.

3. L’Etat destinataire accepte la remise de ladite personne, sauf s’il a des raisons de croire que la Convention ne s’applique pas aux faits qui motivent la remise, et agit conformément aux dispositions de l’article 7. Tout refus de recevoir une personne doit être motivé.

4. L’Etat du pavillon veille à ce que le capitaine de son navire soit tenu de communiquer aux autorités de l’Etat destinataire les éléments de preuve ayant trait à l’infraction présumée qui sont en sa possession.

5. Un Etat destinataire qui a accepté la remise d’une personne conformément aux dispositions du paragraphe 3 peut à son tour demander à l’Etat du pavillon d’accepter la remise de cette personne. L’Etat du pavillon examine une telle demande et, s’il y donne suite, agit conformément aux dispositions de l’article 7. Si l’Etat du pavillon rejette une demande, il communique à l’Etat destinataire les raisons qui motivent cette décision.